Morsmordre

Une remontée de bretelles de plus [Ft Lucian Marshall / Novembre 1970]

avatar
Messages : 39
Capitaine de Gryffondor
Mer 21 Mar - 21:08

Une remontée de bretelles de plus Avec Lucian Marshall

Vous savez pourquoi Charline a été nommée Capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor ? Pour deux raisons.

La première est simple : c'est une excellente joueuse, elle n'a rien à envier à ceux passés avant elle, car elle aussi aura sûrement sa place sur l'étagère des mémoires de l'équipe. La seconde est sa capacité oratrice. Sa confiance en elle et ses connaissances sont telles, qu'elle parvient à capter l'attention des gens et à remotiver son équipe avec une aisance folle. De tout son mandat, jamais (pour l'instant) les joueurs ne sont rentrés sur le terrain avec la mine triste et sans envie de jouer. Jamais.

C'est une question que les autres élèves posent souvent, pourquoi Charline Lambertson a-t-elle reçu le titre de Capitaine de Gryffondor.

Parce que eux, ce qu'ils voient, c'est une belle adolescente au caractère de feu qui défend bec et ongle sa maison et qui ne manque aucune occasion pour rappeler aux autres que les Gryffondors sont les meilleurs et qu'eux ne méritent même pas ses acclamations. Surtout en cas de défaite.

C'est exactement la raison pour laquelle elle était aujourd'hui convoquée en salle de Botanique pour un entretien avec le Directeur des Poufsouffles. La veille, les Lions avaient affronté les Blaireaux et le match s'était soldé par une défaite. Bien entendu, les jaunes s'étaient réjouis de la victoire avec des chants et des danses, mais cela n'avait pas plus à Charline qui, pour défendre l'honneur des siens, était allée trouver le capitaine de ses adversaires (un garçon qu'elle trouvait bien à son goût physiquement, mais qui pour l'instant lui donner l'envie de lui mettre un poing dans la figure) et lui avait demandé, un peu sèchement de "Bien vouloir faire taire ses satanés camarades au risque qu'elle leur jette à chacun un sortilège du Silencio." Bien sûr, le grand jeune homme de son âge lui avait ri au nez, connaissant le caractère de la jeune adulte. Et elle n'avait pas trop apprécié. S'en était suivi une ribambelle d'insultes et de menaces que seuls ses camarades avaient su calmer. Et bien entendu, une convocation avec Mr Marshall.

D'un pas las, Charline s'était rendue à l'extérieur du Château, jusqu'aux serres où elle était entrée après avoir frappé à la porte.

▬ Mr Marshall ? C'est Charline Lambertson ... Vous êtes là ? Je peux entrer ?


©️ Lady sur Epicode


Dernière édition par Charline Lambertson le Lun 26 Mar - 17:13, édité 1 fois
avatar
Messages : 73
Professeur de Poudlard
Ven 23 Mar - 16:49



Être directeur.
Une tache noble. Un honneur. Être le soutiens de tout ces élèves. Impliqué et responsable. Je crois qu'il ne m'avait pas fallu plus de trente secondes pour accepter. J'aurais peut être du en prendre trente de plus pour envisager les points négatifs. Gérer ces enfants. Gérer leurs conflits, leur insolence et leur énergie. Ils passaient tellement de temps loin de chez eux, loin de toute figure parentales.. c'était à nous de tenir ce rôle, et si je m'estimais plutôt bon professeur.. je crois que je ferais un père aussi effroyable que le mien.
Sans ce titre j'aurais pu ignorer l'incident.
Regeler aux collègues, surveiller de loin, minimiser les dégâts.. Fin du devoir. Mais pas cette fois, parce que cette année j'étais celui à qui mes collègues venaient se plaindre. J’étais celui qui devait gérer les problèmes.. et leur trouver une solution. Les Poufsouffles étaient plutôt faciles à vivre comparer à la guerre que se livraient sans cesse les Gryffondor et les Serpentard. Une guerre que je m'amusais à observer dans mon coin.. jusqu'à ce qu'elle finisse par gangrener le reste.
On s'en était pris aux Poufsouffle..
On s'était même acharné.
Alors j'ai réagi. Soupiré, pesté. Mais réagit. J'avais convoqué la demoiselle responsable de toute cette histoire. Charline Lamberston. La capitaine des rouges et or. La lionne aux crocs acérés et aux griffes aiguisées. Elle n'était pas spécialement connue pour sa délicatesse ou sa diplomatie, j'imagine que c'est pour cette raison qu'on l’appréciait, et c'est pour cette raison qu'elle me faisait grincer des dents.
Ça et son nom.
D'aussi loin que je me souvienne, le nom des Lamberston a toujours été prononcé suivie d'une multitude de colère, de vulgarité et de rage. Auror, ministre, il y'avait de quoi attiser les jalousies ou les reproches.. mais de la bouche de mon père, ça semblait si personnelle.. ça l'était devenu pour moi aussi. Sa fille ne m'inspirait pas plus de sympathie, pourtant, il fallait feindre un sourire et tacher de rester professionnel.
La serre était tranquille.
Le calme.
L'ordre.
J'en profitait tant que ça durait, finissant de ranger et nettoyez les différents pots utiliser par les élèves, replaçant chaque élément à la place qui convenait. Je m'occupais des fleurs à babilles quand la demoiselle fit son apparition. Un coup de baguette ouvrit la porte pour la laisser entrer, me laissant émerger de l'autre coté de la serre pour venir la rejoindre. Laissant de coter les plantes et les fleurs pour me concentrer sur cette rose épineuse.

« Miss Lamberston.. Merci d'être venue. »


Un sourire. Plus qu'il n'en fallait.
En douceur et dans le calme, j’ôtais mes gants taché de terre et de sèves pour venir tirer une chaise à l'arrivante avant de prendre place de l'autre coté du bureau, y réajustant chaque élément avant de me concentrer de nouveau sur la demoiselle et ses cheveux si voyant.

« J'imagine que vous savez pourquoi je vous ai convoqué ici.. »

Aucun mystère.
Elle en était peut être même fier. Après tout, c'était une fière Gryffondor, ils avaient tendance à se satisfaire de leur témérité et parader avec fierté à chaque insolence.
Tant qu'elle ne l'était pas sur cette chaise, je n'aurais pas à la jette à mon filet du diable.


   


_______________________________


There's no room in war for feelings, hurt me to the core, still healing and I know you're no good for me. So I try to forget the memories. You left your mark.
I got these scars, reminding me to forget
 

avatar
Messages : 39
Capitaine de Gryffondor
Lun 26 Mar - 17:00

Une remontée de bretelles de plus Avec Lucian Marshall

La porte s'était ouverte devant les yeux de la Gryffondor peu après s'être présentée. Face à elle se dressait le professeur de Botanique qu'elle n'avait jamais eu la chance d'avoir lors des cours obligatoires. Ce qui n'était pas plus mal. Bien que Charline admettait volontairement apprécier venir se faire gronder par Mr Marshall, elle ne savait pas pourquoi, mais il était un peu plus désagréable avec elle qu'avec les autres. Et elle adorait ça. Elle se sentait encore plus unique.

La jeune femme avança alors vers le directeur des Poufsouffle, la tête haute, mais sans afficher le sourire fier ou désinvolte qu'auraient affichés de véritables effrontés. Après tout, elle ne faisait que défendre les siens. Elle s'arrêta face à lui, les mains attachées dans son dos, droite, emmitouflée dans sa robe d'hiver. Elle fut légèrement étonnée lorsqu'il la remercia d'être venue, mais encore plus quand il lui sourit. Enfin un sourire ... Elle ne nota rien et lui sourit à son tour, baissant la tête pour le saluer.

▬ C'est tout à fait normal, Professeur ...

Charline releva la tête vers lui, son sourire s'était éteint. Elle le regarda retirer ses gants pour lui tirer une chaise face à son bureau, elle s'y assit en croisant les jambes et en le remerciant dans un souffle chuchoté. Lorsqu'il prit place face à elle, il lui posa une question, manière de sûrement, parce qu'il était évident qu'elle savait pourquoi, à nouveau, elle était assise sur cette chaise. Même s'il fallait l'avouer, ce n'était pas les Poufsouffles sur qui son courroux s'abattait le plus régulièrement... La lionne prit une légère inspiration avant de relever les yeux vers Mr Marshall. Elle hocha simplement la tête, les mains jointes sur ses cuisses.

▬ Bien sûr Mr Marshall, je sais très bien pourquoi je suis là.

Si Charline ne se laissait pas démonter face à d'autres élèves, ses parents lui avaient bien appris le respect de ses aînés, ou du moins, de ses supérieurs. Alors, elle essaierait de tenir cette ligne de conduite tout en assumant au maximum sa position. Il était donc temps de donner des explications avant de recevoir une punition qu'elle devrait expliquer à son père ... Et ça n'était rien comparé à Mr Marshall.

▬ Je me rends bien compte que mon attitude face à votre Capitaine n'est pas digne d'une dernière année et d'une adversaire, mais vous savez, j'aime quand les vainqueurs sont discrets et félicitent leurs adversaires avant de festoyer. Même si je comprends pourquoi la victoire de votre équipe face à la nôtre peut être d'une grande réjouissance ...Étant donné que ça arrive peu souvent ...

Charline ne pouvait pas s'empêcher de soulever ce point. C'était important pour elle de rappeler que les Gryffondors avaient de nombreuses fois surpassés les Poufsouffles lors des matchs. Pour équilibrer le tout, elle n'avait pas oublié de dire qu'elle comprenait cette effervescence de joie. Il fallait qu'elle fasse passer son message sans pour autant trop dévaloriser les blaireaux face à leur directeur. Sinon ce serait bien pire pour elle.


©️ Lady sur Epicode
avatar
Messages : 73
Professeur de Poudlard
Mar 27 Mar - 12:46



Droite. Irréprochable malgré la flamme dans ses yeux.
Elle s'était présenté poliment, elle s'était assise dignement. Sans vague. Juste ce calme et quelques mots bien choisit. Elle savait parfaitement pourquoi je l'avais convoqué, elle n'allait pas s'en cacher, pas même se reprocher quoi que ce soit. Les Gryffondor m'ont toujours inspiré une certaine méfiance, peut être un peu de lassitude et beaucoup d'exaspération. Mais le temps m'avait appris à être indulgent, à ne pas enfermer les gens dans des clichés. Pourtant cette miss Lamberston en était l'incarnation parfaite.
À l'image des prédateurs.
Impitoyable.
Fascinant.
Nul doute qu'elle pouvait mordre. C'est exactement ce qu'elle avait fait, c'est pour cette raison que je me retrouvais dans cette situation. Situation tant de fois évitée. Contournées ou excusée. Pour ne pas avoir à l'affronter. Parce que Miss Lamberston avait quelque chose de plus que ce titre d'arrogante et ce nom de famille imposant. C'est quelque chose dans son être. Ses sourires et ses cheveux. Ils ravivaient des souvenirs flous, presque, éteints. Peut être simplement des rêves. Pourtant c'est bien là quelque part et le manque de raison et de réponse finissait par rendre ça simplement insupportable.
Les secondes passent et sa bouche s'anime sans le moindre son. Coupé, du monde comme dans une bulle ou le silence chuchote et ou règnent es souvenirs d'un passé sombre. Presque oublié.Il n'y avait plus rien autour, simplement ces souvenirs et mes yeux braqués sur des cheveux violets.
La bulle éclate.
Le monde s'éveille de nouveaux. Assourdissant et vivant. Sa voix résonne dans mes oreilles et ses mots sonnent comme une provocation. Discrète, glissé comme ça l'air de rien. Elle a presque l’innocence qui va avec.
Masquer ses sentiments d'un sourire.
Mes mains jointes sur la table, je pris une seconde pour chasser les souvenirs et les ténèbres qu'ils traînaient avec eux. Elle n'est pas là pour ça, elle est là pour un petit sermon, celui d'un Directeur aux élèves mécontents.

« Il est vrai que ça n'avait rien de très faire play.. Surtout compte tenue de votre position.. et de votre âge. »

Machinalement, ma main droite se détacha de l'autre pour venir repositionner chaque élément sur mon bureau, calmant définitivement mon esprit et son égarement agaçant. Ce n'était pas tant le fait de se disputer avec les autres qui était gênant, c'étaient plutôt les conséquences de cette insolence. Mon regard glissa de nouveau vers elle dans un autre sourire qui tendait presque à être amical.

« Parce que ce comportement encourage vos camarades. Vous êtes la capitaine.. Votre équipe et vos camarades ont une certaine estime pour vous, peut être même de l'admiration.. Alors... Vociférer des menaces et des insultes après une défaite n'est peut être pas le meilleur exemple qu'on puisse donner. »

Pour ne pas dire le pire.
Même si à ma connaissance l'esprit de compétition rendait à peut prêt tout le monde mauvais perdant... Il y avait une certaine tenue à garder en même temps que sa dignité. Chose que les élèves et leurs sang chaud avaient tendance à oublier.. Comme si leur vie dépendait de ce trophée.
Encore quelque chose que je n'avais jamais réellement compris.
Un désintérêt total face à une envie de comprendre.
Après quelques secondes de silence, je repris d'une voix toujours calme, amenant au dialogue plutôt qu'au conflit.

« Je n'ai pas prévenu Madame McGonagall pour le moment.. J'avoue que j'hésite à le faire... Mais si vous présentez des excuses.. peut être que je pourrais oublier d'en avertir votre directrice.»

Un peu trop gentil peut être.
Mais je n'avais pas pour réputation d'être un tyran, bien au contraire. Parce qu'il n'y avait nul besoin de s'étendre sur le sujet et parce que je préférais la voir partir plutôt que rester sous mon nez.
Mais pas sans excuses, surtout pas sans sincérité.

   


_______________________________


There's no room in war for feelings, hurt me to the core, still healing and I know you're no good for me. So I try to forget the memories. You left your mark.
I got these scars, reminding me to forget
 

avatar
Messages : 39
Capitaine de Gryffondor
Ven 30 Mar - 12:05

Une remontée de bretelles de plus Avec Lucian Marshall

Monsieur Marshall fit ce qu'il avait à faire. Il avait pris une inspiration et avait quelque peu sermonné la jeune femme. Lui avait fait la leçon sur son statut d'aînée mais aussi de Capitaine. Bien entendu, elle savait la moindre des choses qu'il lui disait, mais pour elle, défendre son équipe et sa fierté étaient bien plus important que cela. Cependant, elle se tut, écouta sans broncher et attendit qu'il ait fini.

Puis, il parla de prévenir le Professeur McGonagall, directrice de la maison des Gryffondors, ce qui fit naître un petit sourire, pas bien méchant, juste un sourire. Charline savait qu'il finirait par sortir la carte du Professeur de Métamorphose qui faisait grande impression à de nombreux élèves. Mais pas à la fille d'un membre d'un Mangenmagot. Pas que la place de son père ou l'ancien poste de sa mère jouaient dans des favoritismes au sein de l'école, loin de là, mais ils lui avaient offert un caractère fort qui l'amenait à assumer tous ses actes. Et à reconnaître lorsqu'il fallait s'excuser.

▬ Bien entendu, je m'excuserai auprès du Capitaine, mais aussi de toute l'équipe de Poufsouffle, mais sachez que vous pouvez en parler avec le Professeur McGonagall, je suis prête à en assumer toute la responsabilité et les conséquences que cela va amener. Je n'ai pas été élevée pour prendre la fuite, mon père a toujours trouvé important d'assumer ses choix et ses actes jusqu'au bout.

Charline marqua un temps d'arrêt en pensant à ses parents. Ils étaient tellement différents mais formaient un couple qu'elle admirait tellement. Un sentiment de bien être l'envahit lorsqu'elle revoyait son père la sermonnait quand elle faisait des bêtises. Puis la douceur de sa mère qui lui expliquait le mal dans ses actes et lui demandait toujours d'aller présenter ses excuses.

▬ Ma mère quant à elle m'a enseignée la reconnaissance des actes néfastes et à les arranger.

Charline appréciait le calme de cet échange, Monsieur Marshall était, comme à son habitude, d'une gentillesse presque sans faille. Mais jusqu'à quand ...


©️ Lady sur Epicode
avatar
Messages : 73
Professeur de Poudlard
Jeu 3 Mai - 14:30



Elle n'avait pas l’arrogance de soupirer, de sourire ou de provoquer.
Je savais pourtant gérer ce genre de réactions, je les avaient rencontré plus d'une fois, pourtant, ici, aujourd'hui, en face d'elle, j'étais quasiment certain de ne pas avoir la patience de lui tenir tête sans sentir m'emporter. Cette fille avait quelque chose de différent. Son nom, ses cheveux, autant de détails qui venaient remuer le passer sans que je réussisse à réellement comprendre ce qu'ils réveillaient.
Je ne pouvais pas enterrer le passer.
Il me hantait encore, souvent en silence, aujourd'hui un peu trop tenace alors que ses cheveux si particulier s'agitaient sous mon nez. Je les détaillaient un à un, oubliant presque la présence de la jeune fille alors que sa voix se perdait encore au loin, comme un écho étouffé par la distance et le désintérêt. L'espace d'une seconde j'avais presque oublié ce qu'elle faisait là. Pourquoi était elle là ?
Le quidditch et l’orgueil.
Lentement mon esprit se détacha des souvenirs brumeux qu'un nom pouvait porter pour venir s'encrer dans la réalité de l'instant présent. Elle parlait encore, prête à assumer la responsabilité jusqu'au bout. En bonne élève, bonne Gryfondor. Une parfaite Lamberston.
Elle n'avait pas grand choses à craindre. Elle le savait. Elle en souriait. Ils n'étaient pas nombreux à pouvoir se vanter de passer entre les mailles du filet. Quand on a des parents comme les siens, on se retrouve rarement au pied du mur.
J'étirais un sourire à la mention de ses parents. Un sourire qui se crisait sur mes lèvres pour garder un minimum de sympathie envers elle.
Un minimum.

« Si vous êtes prête à vous excuser, j'imagine qu'il est inutile de faire remonter cette histoire jusuqu'à votre directrice... ou même vos parents.»

Elle lui aurait trouvé des excuses.
Une grande dame le Professeur McGonagall, mais une dame un peu trio fière de ses lionceaux, je crois que je préférais encore m'éviter la corvée de devoir lui montrer du doigts les débordements de ses élèves préférés. Il n'était même pas question d'envisager de parler de ses parents. Pas pour si peu, de toute manière, je suis certain que ce genre d'incident était relégué au rang d 'impulsion d'ado ». Parce que les jeunes aiment bien se chamailler de temps en temps, pas de quoi s'en inquiété.
Sauf pour un directeur un peu trop zélé comme moi.

« Mais j'apprécie votre franchise, et les efforts pour arranger.. comme vous dite. »


Nouveau sourire.
Plus de sincérité cette fois. Au moins je n'avais pas à me battre avec elle pour qu'elle reconnaisse le moindre tord ou la contraindre à formuler quelques excuses. Certains n'étaient pas aussi facile, mais ils avaient plus à perdre quand ils se faisaient prendre. Pas aussi bien entouré qu'elle. Elle pouvait se permettre de ne pas trop réfléchir aux conséquence de ses actes, ni même se inquiéter.
C'est pourquoi il fallait parfois simplement leurs rappeler les bases.

« La prochaine fois, j'espère simplement ne pas avoir à vous convoquer de nouveau. C'est très louable d'avouer ses tord et de faire ses excuses, mais c'est encore mieux de ne simplement pas avoir à en faire. »


Sourire entendu.
Comme si les choses pouvaient être aussi simple. Mais j'avais bien le droit d'espérer qu'elle se montre raisonnable pour le reste de l'année. Une illusion qui me facilitait la vie du moins, jusqu'au prochain match.


   


_______________________________


There's no room in war for feelings, hurt me to the core, still healing and I know you're no good for me. So I try to forget the memories. You left your mark.
I got these scars, reminding me to forget
 

avatar
Messages : 39
Capitaine de Gryffondor
Dim 6 Mai - 17:00

Une remontée de bretelles de plus Avec Lucian Marshall

Charline était tout de même plus une élève modèle qu'une fauteuse de troubles, et c'est pour cela qu'elle écoutait avec patience Monsieur Marshall. Elle avait beaucoup repensé aux évènements et reconnaissaient qu'elle avait été injuste avec Andrew et son équipe, mais malheureusement, elle avait échoué lors de la joute verbale à laquelle ils s'étaient prêtés. Et ça contrariait beaucoup la jeune femme aux cheveux roses. Mais voilà, elle souhaitait se montrer plus mature et prouver qu'elle était capable, aussi, de mettre son égo de côté.

Le professeur de Botanique souhaita tout de même relever un point positif dans sa conduite, sa franchise et sa bonne volonté, ce qui flatta Charline. Il lui fit aussi remarquer l'importance que cela ne se reproduise pas mais aussi qu'elle pouvait réfléchir plus longuement avant de s'exprimer la prochaine fois. Il était vrai que ça lui éviterait bien des tracas. Elle prit une grande inspiration. L'entrevue allait sûrement se terminer bientôt, ils avaient fait le tour du sujet de toute évidence, alors il n'était pas la peine de prolonger le supplice.

▬ Je ferais plus attention Professeur Marshall, je réfléchirais plus longuement avant de parler. Et j'irais voir Andrew dans la semaine pour discuter avec lui de ce qu'il s'est passé. Je demanderais pardon à l'équipe des Poufsouffles aussi, et m'excuserais de mon comportement auprès des joueurs de mon équipe, afin qu'ils ne reproduisent pas mes erreurs.

Charline se pencha légèrement en avant pour saluer le professeur.

▬ Je peux disposer maintenant Monsieur ? Mon prochain cours va bientot commencer ...

La jeune fille attendit que son professeur la libère et repartit en direction du chateau.

©️ Lady sur Epicode
Contenu sponsorisé