Morsmordre

Une défaite bien mal digérée [Ft Andrew / Novembre 1970]

avatar
Messages : 43
Capitaine de Gryffondor
Jeu 3 Mai - 11:16

Une défaite bien mal digérée Avec Andrew

Poufsouffle contre Gryffondor.

Second match de l'année. Et premier pour les deux équipes.

Avant de rentrer sur le terrain, Charline s'était permise de bien analyser son équipe, et même si elle ne valait pas celle de l'année passée, elle était déterminée, et ça c'était le plus important. En bonne leadeuse qu'elle était, elle avait vaillamment remonter le moral des troupes et ils étaient rentrés sur le terrain fiers et flamboyants comme les lions qu'ils étaient.

Le match avait duré presque deux heures, Charline avait marqué à 7 reprises (William avait marqué les 4 autres fois) et arguait fièrement ses exploits avec un cris et volant au dessus des supporters sang et or qui les acclamaient. Les joueurs des deux équipes se défendaient bien, et le match, bien que la domination des Gryffons étaient écrasantes, était relativement beau à voir.

Surtout lorsque l'attrapeur des Poufsouffles chipa le vif d'or au dessus du Lac de l'école alors que les scores étaient de 110 à 40 pour les sang et or. Lorsque le professeur de vol siffla la fin du match, Charline sentit tous ses membres se décomposer. Elle se posa sur le sol, le visage attristé ... Mais lorsqu'elle remarqua que ses camarades étaient dans un état bien pire, elle s'en alla les réconforter.

▬ Allez les gars ! C'est que le premier match, on gagnera le prochain ! Mieux, on les écrasera au prochain.

La jeune femme alla prendre dans ses bras leur attrapeur qui se sentait extrêmement coupable et le réconforta. Cependant, les cris de joie des adversaires finirent par faire vriller le sang bien trop chaud de la Capitaine. Elle déposa un baiser sur le front de la personne qu'elle réconfortait et attrapa son balais, volant, seule, jusqu'au Poufsouffle. Elle se braqua fièrement devant le Capitaine des Poufsouffle, Andrew, les bras sous sa poitrine.

▬ Hé Evans, écoute bien, tu veux bien faire taire tes satanés camarades au risque que je leur jette à chacun un sortilège du Silencio. Ou pire.

Sans ciller, la gamine maintenait le regard de l'équipe complète des Poufsouffle, tandis que ses camarades Gryffondor la rejoignait, les nouveaux lui demandant discrètement de se calmer alors que les anciens leur faisaient fermer leur caquet d'un coup de pied dans les mollets, parce qu'ils savaient comment Charline pouvait être.


©️ Lady sur Epicode
avatar
Messages : 23
Capitaine de Poufsouffle
Jeu 3 Mai - 15:00
Une défaite bien mal digérée
J’évite un cognard avant de le poursuivre et de frapper dedans de toute mes forces en direction d’un attrapeur de Gryffondor, le joueur l’évite de justesse mais il frappe l’extrémité de son balai et l’élève vient s’écraser brutalement au sol. Bingo. Un de moins. Je vire à droite et fonce vers le second cognard dans l’idée de forcer la jolie Charline à cesser sa course jusqu’aux buts mais trop tard, elle marque un nouveau but. Merde. Je grince des dents en donnant les ordres pour guider les nouveaux joueurs et les encourager à se repositionner et garder leur sang-froid. Cent dix à quarante, ça risque d’être difficile de remonter, il nous faudrait le vif d’or… A peine cette pensée formulée que l’arbitre siffle la fin du match avec une victoire pour mon équipe. Inespéré. Je les vois redescendre en flèche vers la pelouse et sauter de joie auteur de l’attrapeuse de l’équipe qui brandit fièrement son trophée. Je souris en les regardant savourer leur victoire avant de les rejoindre pour les féliciter même s’il y a encore énormément de choses à travailler. On ne pourra pas toujours compter sur l’attrapeuse et notre attaque est… Nulle, pour ne pas dire inexistante. Bref, des nouveaux joueurs à entraîner et tellement d’autres choses à faire. Je soupire en me posant sur la pelouse du stade et en avançant vers mon équipe qui continue de chanter et de savourer leur bonheur. Il va me falloir moi aussi faire un choix… Les Frelons de Winbourne, une occasion en or de faire carrière dans le quidditch et pourtant j’hésite parce que ça impliquerait beaucoup de choses auxquelles je ne suis pas sûr de savoir faire face.

« Bravo tout le monde, on débriefera dans les vesti… »


Je me retourne alors que la voix de Charline sonne amer derrière moi et j’esquisse un sourire.

« Ils savourent leur victoire, laisse les en profiter, ils ne font pas ça pour vous narguer et vous feriez la même chose à leur place. »

Je grogne quand ses équipiers s’avancent pour chasser les miens et chercher les ennuis. D’un signe de tête, j’encourage mes joueurs à rejoindre leur vestiaire et ils le font en entonnant le chant des blaireaux, cette fois-ci pour bien rappeler aux lions qui a gagné cette partie. Ça me fait rire et à la manière de la capitaine rouge, je croise les bras sur mon torse et je me tiens debout face à elle, assez proche pour la toucher si je tendais la main et suffisamment éloigné pour éviter une éventuelle baffe. Expérience, quand tu nous tiens.

« Tu m’as l’air… Mauvaise joueuse Charline, comme d’habitude. Pourquoi ne pas accepter une défaite de plus ? Ce n’est pourtant pas la première et ce ne sera pas la dernière… »

J’affiche un air assuré et un sourire amusé. Je suis peut-être un peu dur mais je n’ai absolument pas apprécié la réaction de ses équipiers avec les miens et je ne manque d’ailleurs pas de les foudroyer du regard dès que j’en ai l’occasion. Ils vont comprendre à qui ils ont à faire s’ils s’amusent une fois de plus à chasser mes joueurs.



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 43
Capitaine de Gryffondor
Jeu 3 Mai - 21:53

Une défaite bien mal digérée Avec Andrew

S'il y a bien une chose que Charline ne pouvait pas retirer à Andrew (en plus de son immense sex-appeal) c'était son charisme et sa prestance vis-à-vis de son équipe. Alors que les lions se réunissaient derrière la capitaine pour la soutenir (mais pas trop non plus), le blaireau intima d'un simple signe de tête à son équipe de rejoindre les vestiaires. Bien entendu, la jeune Lambertson ne voulait pas de bagarre mais juste exprimer son mécontentement face à ce trop plein de joie.

Elle lâcha un grognement vexé en écoutant ses mots, une mine boudeuse apparaissant sur son visage. Cependant, elle ne lâchait pas de ses beaux yeux bleus le jeune homme, yeux qui commençaient à s'embuer de quelque chose qui se rapprochait de larmes. Il fallait dire que la gamine était un peu susceptible et était sensible aux reproches qui sonnaient plutôt juste. Sans se retourner vers son équipe, elle leur demanda de quitter le terrain.

▬ Prenez de l'avance aux vestiaires, prenez une douche bien chaude, vous en avez besoin ... Je vous rejoins, j'ai deux trois mots à dire à Evans.

Charline s'avança à son tour, ils commençaient à être vraiment proches l'un de l'autre, mais elle ne souhaitait pas que d'autres gens entendent. D'ailleurs, dans le public ne restaient que quelques curieux mais qui ne devaient rien comprendre à ce qui se tramait plus bas. Ses longs cheveux roses volant au gré du vent, elle regardait le garçon de beaucoup trop bas à son goût, fallait dire que la bête faisait plus d'un mètre quatre-vingt. Bon ce n'était pas pour déplaire à la jeune femme, bien entendu, mais il la regardait trop de haut. C'était une évidence.

▬ Je suis pas une mauvaise joueuse Andrew, j'aime que mes adversaires gagnent humblement tu vois. Et pas en criant votre victoire et en chantant vos propres louanges. Faut respecter ses adversaires un peu.

Charline se renfrogna un peu, fronçant les sourcils. Elle resserra ses bras sous sa poitrine et continuait de faire la moue. Elle lâcha un long soupir.

▬ Bon ouais, j'aime pas perdre, ok. Enfin je supporte mal de perdre. Mais je sais pas, vous êtes pas obligés d'en faire autant ... Même si je dois comprendre ... Quand on finit par gagner après s'être pris autant de points à cause de la Capitaine de l'équipe adverse, on doit être super content d'avoir une attrapeuse en or comme la vôtre.

C'était mesquin. Mais c'était Charline quand elle était de mauvais poils et de mauvaise foi. Une véritable petite peste en soi.

©️ Lady sur Epicode
avatar
Messages : 23
Capitaine de Poufsouffle
Ven 4 Mai - 15:58
Une défaite bien mal digérée
Je la regarde se mettre à bouder et aussitôt j’ai l’impression que j’ai été trop loin et qu’elle va se mettre à pleurer, ses yeux semblent briller de larmes retenues et je me sens brusquement mal à l’aise, comme le pire des idiots. Je me passe nerveusement une main dans les cheveux et comme à chaque fois qu’une situation m’échappe, je détourne le regard et je cherche à fuir mes responsabilités. Néanmoins, avant que j’ai le temps de m’excuser, elle fait signe à ses joueurs de l’attendre au vestiaire et se ressaisie. Je soupire presque de soulagement en constatant qu’elle affiche de nouveau son air déterminé que je lui connais bien et qu’elle affirme avoir deux trois mots à me dire. Bon. Décidé à ne pas la faire pleurer, je me contente de l’écouter en soupirant à la fin de ses phrases, pas d’agacement, d’une certaine manière elle a raison mais c’est des gosses. La plupart sont des joueurs de deuxième année et c’était un match d’entraînement, c’était en plus probablement leur première victoire alors on ne peut pas leur en vouloir d’être content.

« Ecoute Charl’… »

Elle se rapproche encore d’un pas et je me tais, sans esquisser le moindre mouvement en arrière, nous pouvons presque nous toucher désormais et malgré notre différence de taille, elle n’a pas quitté une seule fois mon regard. Elle en porte une paire plus grosse que certains gars de mon équipe… Je la laisse terminer de parler et admettre avec une mine renfrognée qu’elle est bien mauvaise perdante. J’esquisse un sourire quand elle termine en me provocant et j’étouffe même un rire.

« C’est des gamins Charline, plus de la moitié sont en 2ème année, certains participaient même à leur premier match, ils n’ont pas fait ça pour vous embêter sinon, crois-mois, tu les aurais vraiment entendu. Et puis si tu as marqué autant de points, c’est juste parce que je ne t’ai pas fait chuter de ton balai… »

Je ponctue ma provocation d’une petite pichenette sur son front, comme je le ferai à une enfant pas sage, avec à la fois de l’affection et de la taquinerie.  

« Et notre attrapeuse est excellente parce qu’elle s’entraîne dure, comme toi. »

Je roule un peu des épaules pour détendre mes muscles endoloris par l’effort  avant de retirer ma robe de quidditch -sous laquelle je porte un tee-shirt- parce qu’elle  me tient beaucoup trop chaud ainsi que les protections spécifiques aux batteurs.

« Vraiment mauvaise perdante hein… »



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 43
Capitaine de Gryffondor
Ven 4 Mai - 23:41

Une défaite bien mal digérée Avec Andrew

Charline écouta patiemment le Capitaine des Poufsouffles faire son discours sur les nouveaux joueurs et elle aurait été à deux doigts de lui donner raisons s'il n'avait pas terminé sa dernière phrase par une attaque personnelle qui lui fit piquer un fard. Mais elle se ressaisit rapidement, cela voulait aussi dire qu'il n'était pas assez bon pour la viser. Et un sourire de satisfaction étira ses lèvres rosées, creusant ses pommettes encore un peu rouges. Qui disparut rapidement. Oui, leur attrapeuse était excellente, c'était une certitude.

Mais voilà, il ne fallut pas longtemps avant qu'Evans lance une nouvelle attaque pour la déstabiliser : il retira sa veste et ses protections de Quidditch après avoir roulé des mécaniques. Il était sacrément sexy, ça, elle pouvait pas le nier. Le salaud utilisait des techniques détournés, c'était évident ! Tout ça après lui avoir mis une pichenette, bien entendant, la condescendance tout ça. Alors, Charline finit par réagir dans son impulsivité habituelle lorsqu'il appuya le fait qu'elle était mauvaise perdante, encore une fois. Imprévisible, elle jeta son poing en arrière et le lança (pas aussi fort qu'elle aurait aimé) dans le pectoral droit de son adversaire.

▬ Je t'emmerde Evans !

Pour la première fois, elle baissa la tête, entre la gêne, la honte et la colère (ou plutôt, la fierté blessée), relâchant les yeux de jeune homme. Rapidement, elle attrapa son balais et y grimpa pour se diriger rapidement vers les vestiaires. Ignorant totalement la réaction et la douleur que pouvait ressentir Andrew. Dans les vestiaires, elle râla un long moment dans sa barbe, grognant à la moindre question des autres joueurs car elle avait largement perdu cette joute verbale. Andrew avait gagné avec des fourberies ! Et ce jusqu'au lendemain ...



3 jours plus tard...



Décidément, Charline avait énormément ruminer ces deux derniers jours. Déjà, après la convocation du professeur Lucian Marshall, qui s'était relativement bien passé car elle n'avait eu qu'à assumer ce que tout le monde avait entendu et pas le reste de la conversation où elle avait été bien malmenée. Puis, il y eut tout ce moment où elle dut trouver comment présenter ses excuses à Andrew sans en faire trop et lui donner des arguments pour la faire se sentir plus faible que ce qu'elle n'était. Alors elle avait tout planifié, elle irait le trouver après l'entraînement, quand il serait un peu fatigué et n'aurait pas trop la force de répliquer !

Alors, après ses révisions intensives, elle remonta dans son dortoir et retira sa robe de sorcière aux couleurs de sa maison pour enfiler une robe en laine gris perle à col roulé avec une épaisse paire de collants et de bottes en cuire avec de petits talons (histoire de faire moins minuscule à côté d'Evans). Elle jeta ensuite une cape noire sur ses épaules et se dirigea bien décidée à en découdre (bon et à s'excuser aussi ... ok) vers le terrain de Quidditch. Elle s'installa discrètement à la sortie des vestiaires en direction du terrain et attendit que les blaireaux terminent leur entraînement.

Lorsqu'ils eurent finis et qu'ils rejoignirent leur vestiaire, elle n'adressa aucun regard aux autres joueurs et braqua ses yeux seulement sur leur capitaine, ses longs cheveux mauves volant au gré du vent. Elle se racla la gorge lorsqu'il arriva près d'elle :

▬ Est-ce qu'on peut parler Andrew ...? S'il te plaît ...

Prise d'une faiblesse soudaine, elle baissa légèrement ses yeux pour fixer le menton du jeune homme. L'angoisse des excuses approchaient bien trop rapidement et cela commençait à la faire paniquer. Alors elle attendit simplement qu'ils soient seuls pour parler.

▬ Je suis pas tellement habituée à faire ce genre de choses ... Mais bon, j'en ai fait la promesse au Professeur Marshall, et je suis quelqu'un qui respecte ses engagements ...

C'est à ce moment là que la jeune femme parvint à nouveau à lever les yeux vers son adversaire. Elle le fixa, à nouveau avec toute la force et la fierté qu'elle possédait. C'était ce qui lui donnait le plus de contenance, surtout face à quelqu'un du sexe opposé qui avait le même poste qu'elle.

©️ Lady sur Epicode
avatar
Messages : 23
Capitaine de Poufsouffle
Sam 5 Mai - 21:47
Une défaite bien mal digérée
Je la regarde hésiter entre plusieurs émotions, curieux de la suite des évènements alors qu'elle même ne sait pas quelle répartie adopter... Ecouter, rougir, se ressaisir, songer, profiter, un peu quand même, je n'ignore pas la façon dont elle me regarde et ça me fait sourire, souhaitant presque lui en offrir plus simplement pour guetter sa réaction. Néanmoins, tout mon plan pour détourner la conversation ne suffit pas et elle se braque brusquement, j'ai le temps de la voir prendre l'élan pour me jeter un coup de poing sur le torse. Elle frappe plus fort que je ne le pensais ! Si j'avais su, j'aurais évité le coup mais la voilà qui m'envoie balader -pour rester poli- et qui, après avoir lâché mon regard, se dépêche de rejoindre les vestiaires.


« Hé Charline ! Charli... »

Trop loin pour m'entendre. J'en reste presque bouché bée, à me masser le pectoral droit qu'elle a frappé en me questionnant sur mon propre comportement. Est-ce que j'ai été trop loin ? Je pensais pourtant que cette altercation s'était transformée au cours de la discussion en jeu et taquineries mais il semblerait que pour elle ce n'était pas le cas, à moins que je n'ai dépassé les limites. Je soupire en ramassant mes affaires et en me traînant d'un pas lent jusqu'aux vestiaires de mon équipe. Je me retourne une dernière fois avant d'affronter ma bande de jeunes monstres, repensant à la conversation que je viens d'avoir avec la capitaine des lions, il va quand même falloir que j'en touche un mot aux joueurs, je peux au moins faire ça pour me racheter.


Trois jours plus tard...


Je meurs de chaud sous ma robe de quidditch et aussitôt l'entraînement terminé, à peine sauté de mon balais, je me dépêche de la retirer pour respirer et prendre l'air. Je rappelle mes joueurs, leur fait ranger les balles et attend que le dernier soit descendu de son balai -question de sécurité et de responsabilité- avant de leur emboîter le pas pour regagner le vestiaire, prendre une douche bien méritée et aller faire une sieste. Enfin c'était sans compter sur la lionne qui m'attend à l'entrée du vestiaire. Je m'arrête pour la saluer sous quelques sifflements des gars qui se marrent, certainement parce que je leur ai raconté d'où je tiens mon bleu sur le torse. Je les ignore, me promettant silencieusement de leur botter les fesses avant de sourire à Charline. Elle me demande pour me parler et c'est dingue comme elle a l'air frêle, différente de la capitaine d'il y a quelques jours. Je laisse tomber mes affaires à l'entrée du vestiaire, dépose mon balai contre le mur et accepte sans faire d'histoire. Elle n'a pas vraiment l'air d'avoir la tête à ça et quand on voit ce qu'a donné notre dernier échange...

« Bien sûr, allons nous asseoir dans les gradins, je suis crevé. »

Je m'assois sur les premières marches des tentes qui mènent au sommet des gradins et l'invite à me rejoindre si elle le souhaite avant de l'écouter se lancer. A peine a-t-elle prononcé le nom du directeur de ma maison que je grince des dents. J'étouffe en grognement en levant les yeux au ciel, agacé. J'ai la sensation d'être materné avec M. Marshall, que lui a-t-il demandé ? Et en quoi ça me concerne ? Je soupire en imaginant le pire. Si ça continue, c'est moi qui vais demander à discuter avec mon professeur de botanique, je n'ai pas besoin de sa gentillesse ou de sa bienveillance, simplement d'être laissé tranquille. Il sait déjà beaucoup trop de choses que je préfèrerais garder pour moi et malheureusement je ne lui fais pas encore assez confiance pour être certain qu'en plus, il les gardera pour lui.

« Viens en au fait, que t'a-t-il fait promettre ? »

Je suis tendu, comme dans l'attente d'un verdict et je manque cruellement de tact. Je me surprend à serrer si fort les poings que mes ongles laissent sur mes paumes des traces en forme de demi-lune alors je me force à me détendre en plongeant mon regard dans celui de la joueuse et en l'incitant à poursuivre.



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 43
Capitaine de Gryffondor
Ven 11 Mai - 19:57

Une défaite bien mal digérée Avec Andrew

Un léger rouge monta aux joues de Charline lorsque l'équipe se mit à siffler son capitaine qui s'arrêtait pour lui parler. Mais elle se ressaisit rapidement et suivit le jeune homme jusqu'aux gradins comme il l'avait proposé. La jeune fille laissa un siège les séparer pendant leur discussion. Elle se racla doucement la gorge et sentit Andrew se tendre à côté d'elle lorsqu'elle évoqua le directeur de sa maison. Elle chercha pendant quelques secondes ses mots, respectant l'engagement qu'elle avait pris de prendre le temps avant de parler.

▬ En fait, ce n'était pas réellement une promesse, j'allais le faire même s'il ne m'en avait pas parlé, parce que j'ai bien réfléchi et ce que j'ai fait été stupide. Alors voilà, je souhaiterais m'excuser du comportement que j'ai eu envers toi et l'équipe. J'aurais pas dû être aussi véhémente.

Charline baissa doucement les yeux, entremêlant nerveusement ses doigts. Les excuses n'étaient réellement pas un exercice dans lequel elle excellait. Surtout quand elle se rendait compte que son comportement était abjecte. Elle prit une nouvelle inspiration. Elle restait tout de même Charline et souhaitait récupérer sa fierté perdue. Alors, elle gonfla le torse et tenta de se redresser pour lui faire face. Elle ne pouvait tout de même pas nier qu'elle angoissait à l'idée de sa réponse.

©️ Lady sur Epicode
Contenu sponsorisé